Les 4 avantages de l’urbanisation des Systèmes d’Informations (SI)

Nous vous avons déjà parlé de l’urbanisation des Systèmes d’Informations, mais faites-vous bien la différence entre intégration et urbanisation ? Dans cet article, nous vous expliquons les avantages à privilégier ce mode d’organisation de votre Système d’Informations !

D’une informatique « outil » destinée à faciliter le fonctionnement de l’entreprise et les usages, nous passons aujourd’hui à un système d’information qui doit impérativement générer de la valeur.

Les Systèmes d’Informations sont maintenant inscrits dans la volonté et dans la stratégie pour une majorité de nos entreprises. Le plus difficile reste cependant de franchir le pas des intentions aux actes. Cet article va vous aider à y parvenir.

Pour réussir la transformation digitale de votre entreprise, téléchargez notre guide !

Urbanisation des Systèmes d’Informations : une définition facile à retenir

Une ville est composée d’une multitude de quartiers. Chacun d’entre eux comprend des habitations, des commerces, des espaces publics, des industries et des infrastructures. Ces dernières jouent un rôle dans le quartier et sont connectées aux autres quartiers. L’urbanisme consiste ainsi à organiser et à aménager l’espace urbain, avec la volonté de faciliter la vie des hommes qui y vivent, travaillent ou simplement circulent.

Si nous revenons aux Systèmes d’Informations, les directions métiers souhaitent disposer d’outils logiciels qui correspondent à leurs besoins, aujourd’hui et demain. Des infrastructures sont nécessaires pour les faire fonctionner et pour communiquer. 

L’urbanisation d’un Système d’Information consiste à organiser la mise en œuvre de briques logicielles indépendantes, dédiées aux différents métiers de l’entreprise, tout en s’assurant de leur capacité à communiquer entre elles. Il s’agit donc d’aménager un Système d’Information comme un espace urbain, avec la volonté de faciliter le travail des personnes, la communication, la prise de décisions et la sécurité. La cohérence de l’ensemble doit être assurée dans le cadre d’une stratégie d’entreprise. 

 

Les nouvelles exigences des directions métiers

Il semble entendu désormais que le Système d’Informations doit être au service des métiers et du business de l’entreprise. Si cette première étape semble en passe d’être franchie, une deuxième plus ardue se profile dès à présent : les métiers entendent maintenant clairement aller plus loin et intervenir dans la construction de cet élément stratégique. Ils exigent pour cela plus de compétence, plus d’agilité et plus de réactivité encore.

Les directions métiers bousculent, agitent et contournent de plus en plus fréquemment les directions des Systèmes d’Information (DSI), jugées peu à l’écoute, peu flexibles et insuffisamment réactives, pour répondre à leurs besoins d’efficacité et d’efficience. « Le monde des clients et fournisseurs avec lequel nous interagissons bouge vite. Si nous voulons créer de la valeur dans ces interactions, il faut être capable d’adapter nos outils avec beaucoup d’agilité. », précise le dirigeant d’une entreprise industrielle dans la région de Lyon.

Ce phénomène bien réel fait cependant courir de nouveaux risques aux entreprises. Des directions métiers trop livrées à elles-mêmes feront des choix qui auront du mal à s’inscrire dans la durée, qui ne faciliteront pas la communication, et qui rencontreront tôt ou tard des problèmes liés aux infrastructures, à la sécurité, ou encore à la compatibilité entre applications. 

C’est à cette charnière entre enjeux métiers et nécessités SI que les méthodes d’urbanisation des Systèmes d’Information interviennent et ont toute leur pertinence. Elles consistent à accompagner l’engagement des directions métiers, dans la conception et la mise en œuvre des outils informatiques, en garantissant la cohérence de l’ensemble à l’échelle de l’entreprise. Il s’agit d’organiser et d’aménager les outils logiciels et les infrastructures informatiques, avec la volonté de faciliter la performance des utilisateurs.

Comparatif entre approche intégrée et approche urbanisée des Systèmes d’Informations

1 — L’approche intégrée : le modèle historique des entreprises

Historiquement, les progiciels de gestion intégrée (PGI), ou ERP (Entreprise ressource planning), ont construit le socle applicatif connus des entreprises depuis les années 1990.

Un même logiciel composé d’un ensemble de modules, couvrait alors les principales fonctions d’une entreprise (vente, production, logistique, RH, relations clients…). Tous étaient alors produits par un même éditeur et reposent sur une base de données commune.

Cette approche, certes très structurante pour les entreprises, requérait alors un investissement important, avec le risque fort de l’effet « tunnel » (démarche longue sans résultats rapides). La méthodologie de mise en œuvre (cycle en V) pouvait être source d’inquiétude, voire d’échecs, puisque le résultat n’était alors visible qu’à l’issue d’une (trop) longue période.

Schéma récapitulatif d’une approche intégrée

2 — L’approche urbanisée : le modèle de demain ?

« L’urbanisation des Systèmes d’Informations » consiste à permettre aux différents métiers de choisir les meilleures solutions logicielles (qu’elles soient commercialisées par un éditeur, ou développées spécifiquement), tout en garantissant que ces applications peuvent communiquer efficacement entre elles. On parle de cohérence forte et de couplage faible.

Dans cette approche, il est possible de travailler indépendamment ou presque avec chaque direction métier, suivant des étapes courtes destinées à produire des résultats rapidement. Réactivité et agilité sont alors possibles, à condition d’avoir notamment des compétences de gestion de projets adaptées (méthode agile).

Les applications métiers sont reliées par des mécanismes de « bus de données ». Dans la plupart des cas, un dispositif d’informatique décisionnelle est également construit et enrichit au fil des déploiements d’applications.

Schéma récapitulatif d’une approche urbanisée

 

Les 4 avantages d’une approche urbanisée du Systèmes d’Informations

1 — Chaque fonction de l’entreprise peut choisir ce qu’elle considère comme étant la meilleure solution logicielle pour elle-même et pour ses propres performances.

2 — Une évolution du Système d’Informations est désormais permise, en faisant cohabiter les applications existantes avec les nouvelles applications. L’effet « big bang » est évité, grâce à des méthodes souples et itératives.

3 — C’est le Système d’Informations qui va s’adapter aux processus de l’entreprise et non plus l’inverse.

4 — Grâce à une approche incrémentale, il est donc possible de réaliser des petits gains rapides, ou de s’adapter à l’évolution de la chaîne de valeur d’un business modèle.

Lorsque l’urbanisation est mise en œuvre de manière maîtrisée, il est incontestable que les directions métiers reprennent du pouvoir sur leurs outils SI.

Nos experts vous accompagnent dans la stratégie de l’urbanisation de vos SI